mardi 31 juillet 2012

Une petite histoire de maladie de Lyme

Le début de l'histoire:

Et oui, j'ai attrapé cette cochonnerie. Si j'avais été mieux informé, j'aurais peut-être agi différemment !!

Ma chance ? un médecin compétent qui a tout de suite envisagé cette maladie avant qu'elle ne passe à un stade supérieur.

L'objectif de ce blog est de partager mon expérience et d'apporter ma contribution sur cette maladie dont on ne parle pas assez !! N'hésitez pas à laisser vos commentaires et vos expériences. 

Avant de démarrer, des conseils BASIQUES : 

. Après une ballade en forêt ou taillage de haies / arbres, vérifier qu'une tique n'est pas en train de vous sucer le sang (voir photo ci-dessous)
. Ne pas se rouler dans les herbes hautes (ou bien vérifier après).
. Si la tique est bien présente, la retirer correctement ou mieux : aller à la pharmacie. Consultez votre médecin !! Certains donnent un traitement préventif léger (c'est mieux que la galère que je suis en train de vivre !!).
. Si une tache rouge apparait et qu'elle s'étend rapidement, consultez votre médecin immédiatement.


En effet, c'est le retard de diagnostic qui est le vrai problème !!

A la fin du blog :
- comment retirer une tique
- les phases de la maladie
- Webographie (liens utiles)


La maladie de Lyme…c’est quoi ? Comment on l’attrape ?

La maladie de Lyme, est une maladie infectieuse, non contagieuse (heureusement), due à une bactérie, « Borrelia burgdorferi », transmise par des tiques

Qu'elle est vilaine la tique !!!!


Elle est très présente en Europe et on estime entre 12 000 et 15 000 environ le nombre de nouveaux cas par an en France .  L’Est et le centre du pays sont les plus touchés mais attention, j’habite en limite de  trois régions (Ile de France, Picardie et Normandie) et cette sale bête ne m’a pas épargnée.

Manifestement, l’homme contracte la maladie dans un environnement forestier ou dans les hautes herbes, où se trouvent préférentiellement les tiques vectrices et leurs hôtes, de mars à octobre.
Quant à moi, je ne sais pas si je l’ai attrapé dans le jardin (j’ai des arbres…) en en foret ou j’ai l’habitude de me promener !! Mon médecin me dit que j’ai pu l’attraper dans le jardin en taillant mes arbres et mes haies (j’aurais pas du faire les travaux de jardin en short et torse nu..). 

Toutes les personnes qui se font piquer par une tique infectée ne développent pas nécessairement la borréliose de Lyme. La tique doit rester accrochée entre 24 et 48 heures pour qu’elle transmette la bactérie à l’homme (ouf  !!) mais soyez attentif surtout si vous avez des enfants. Quant à moi je n’ai rien vu du  tout…snif ! La prochaine fois que je fais des gros travaux de jardin, je vérifierai si une sale tique n’est pas accrochée quelque part. Et oui, n’étant pas douloureuse, la morsure de la tique passe souvent inaperçue.

Les 3 phases de la maladie (d’où l'importance du diagnostique précoce) : Voir à la fin du blog.


Mes symptômes

Comme je l’ai dit préalablement, j’ai sans doute été attaqué par cette vilaine bestiole en avril (2012) quand il a fait si beau dans ma région (le parc régional du Vexin).

Début juin, j’ai vu apparaitre une tache rouge en haut de la cuisse droite. Je n’y ai pas prêté attention. Dix jours plus tard, toute ma cuisse était envahie par  cette tache. J’ai appris plus tard que c’était le fameux érythème migrant typique de la maladie. J’ai pris RDV chez mon médecin sans me presser.  Je ne suis pas hypocondriaque !! J’aurais mieux fait d’aller la voir (c’est une femme) tout de suite.
A ce stade, pas douleurs, pas de fatigue, rien !!

21 juin : mon médecin a tout de suite suspecté la maladie de Lyme. Heureusement. Elle a prescrit une sérologie pour s’en assurer. En effet, plus de trace de morsure de tique. Pour s’assurer de l’efficacité de la sérologie, elle m’a dit d’attendre 3 semaines. Je ne m’inquiète pas car je suis sur que ce sera négatif.. je vais bien !!

Fin juin : L’enfer commence. Des douleurs apparaissent. J’ai des problèmes de dos récurrents. Je ne m’inquiète pas. Je ne soupçonne toujours pas la maladie de Lyme.

Cependant, les douleurs sont de plus en plus bizarres : des espèces de crampes qui me prennent les deux jambes, des mollets jusqu’aux cuisses. Ma peau me brule, je peux à peine supporter mon caleçon. Je suis fatigué, une vraie loque. Je n’arrive pas à me concentrer. Je suis prof et j’ai l’habitude de préparer mes cours de l’année suivante en juillet. La, impossible !! De plus, j’ai des trous de mémoire. Impossible de me rappeler des mots, des noms, des concepts que je connais par cœur. 

12 juillet, je fais ma prise de sang pour la sérologie. 

13 juillet, les résultat sont a priori positifs. Il faut une confirmation. Mes prélèvements partent à Paris pour confirmation. 

14 juillet, les douleurs s’intensifient, migrent vers l’abdomen et diffusent dans le dos. Les crampes sont horribles. Je ne peux plus dormir. Je suis désemparé. Je fais des recherches sur internet à propos de la maladie de Lyme. Je commence à me dire qu’il y a un problème. 

16 juillet : j’ai trop mal, je vais aux urgences. Je préviens le médecin de la suspicion de maladie de Lyme. Il n’y prête pas vraiment attention. Il suspecte un problème de calcul. Je passe un scanner, des examens divers et je reste en observation. J’ai toujours mal. Le lendemain soir, il me font sortir. Le scanner le révèle rien. Diagnostic: colopathie fonctionnelle. Une expression sympa pour dire que j’ai mal, certes…mais que je n’ai rien. Déprimant.

17 juillet : J’appelle le laboratoire. Il confirme : le deuxième examen est positif. J’ai gagné : j’ai la maladie de Lyme. Je comprends enfin l’origine de mes douleurs depuis presque 3 semaines.

Mon traitement

D'après mon médecin, je suis en stade 1 ou 2. Elle n'est pas sure mais elle ne plaisante pas : 2g de Rocéphine par jour en injection intra musculaire pendant 14 jours. Elle me prévient : attention à vos fesses.

La Rocéphine est un antibiotique puissant qui appartient à la famille des céphalosporines, antibiotiques proches des pénicillines, qui sont actives sur un plus grand nombre de germes que la pénicilline simple. L’injection est associée à de la Lidocaïne, un anesthésique destiné à combattre la douleur due à l'injection (rassurant..).
Je démarre le traitement le lendemain (18 juillet). Trois jours après, les douleurs s’estompent et je reprend une vie normale excepté le fait de me faire piquer 2g d’antibiotique dans les fesses plus une certaine fatigue due au traitement.

30 juillet : Il ne reste que deux injections. Je suis fatigué mais plus de douleurs ni de sensation de brûlure.
Le piqûres ne sont pas douloureuses. Le produit chauffe après l’injection mais c’est supportable. Après chaque piqûre, je passe un gant d’eau chaude et je m’astreint à une promenade de 30 à 45 minutes pour que le produit diffuse (même, et surtout si j’ai mal). 
Le résultat, je peux toujours m’asseoir après 12 jours de traitement de cheval.  

Et maintenant ?
Mon médecin me dit que je garderai « la cicatrice » de cette maladie à vie. Elle me dit que ce sera juste un mauvais souvenir. J’espère, mais en faisant des recherches sur le sujet, je doute un peu.
 


5 commentaires:

  1. Bon courage, frangin. Sur tout ce qu'on voit sur internet, il y a des choses encourageantes. La maladie ne se manifeste pas nécessairement, et à des degrés tellement divers...

    Ce serait bien que tu précises certaines sources dans ton blog : wikipédia - le site maladie à tiques - etc.

    Et pour le traitement, n'oublies pas que le traitement peut être prolongé jusqu'à 21 jours, ce qui serait plutôt rassurant !

    RépondreSupprimer
  2. bonjour, j'ai exactement le même vécu que toi. Sauf que j'ai été piqué comme toi en Avril ou en Mai 2012 et que j'ai été diagnostiqué le 21 juillet 2012 et traité par Amoxicilline à partir de cette date.
    Je souhaiterais échanger avec toi...Je ressens encore de la fatigue et des petits troubles aux bras et aux jambes. Rien de terrible mais de l'inconfort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Manifestement, je n'ai plus de douleurs particulières depuis le traitement. Je note juste un petit changement sur mon état physique : de la fatigue au point que je suis souvent couché à 9h le soir.....et je dors !! Bizarre ? Je ne sais pas. Pour échanger, pas de soucis. Dans quelles circonstances penses-tu avoir attrapé la maladie ?

      Supprimer
  3. Bonjour, je suis tombée un peu par hasard sur ce blog en faisant des recherches sur la maladie de Lyme. Je vois que le sujet date de qq années, mais je me permets tout de même d'écrire un message pour apporter un peu d'espoir, comme vous l'avez aussi si bien véhiculé dans votre article. J'ai contracté moi aussi la maladie de Lyme il y a environ 9-10 ans, et mon médecin traitant - pourtant médecin rural qui devrait connaître ce genre de maux typiques de la campagne (et de la ville aussi!) - n'a pas su diagnostiquer l'érythème migrant que j'avais sur une bonne partie de la jambe, depuis déjà 3 ou 4 semaines. Voyant que ça ne se résorbait pas, ma mère a eu l'idée de m'accompagner chez le dermatologue. Ce dernier, très compétent, a tout de suite pensé à la maladie de Lyme: ni une, ni deux, il m'a prescrit 21 jours d'amoxicilline et tout est rentré dans l'ordre. Je n'ai jamais eu d'autres symptômes après cet épisode; depuis 10 ans, il y a prescription ! Il doit aussi y avoir des facteurs plus "personnels" dans cette maladie, car je pense que certaines personnes n'auraient pas été guéries comme moi avec seulement 21j d'antibiotique. Je livre ce petit témoignage pour donner un peu le sourire à ceux qui s'inquiètent d'avoir été traités pendant "peu de temps" et sans passer par l'intraveineuse. Courage à tous!

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour votre témoignage. Manifestement nous avons le même "profil" de maladie de Lyme. Pour l'instant (après 3 ans) je n'ai plus de manifestations récurrentes de cette maladie. Je ne sais pas si cela peut évoluer, les informations recueillies étant très contradictoires. Votre expérience est très encourageante. Bon courage à vous !!

    RépondreSupprimer